Notre installation à Québec…

Me revoilà !

Et non, nous n’étions pas perdu dans les bois ou en train de courir dans les grandes étendues sauvages en compagnie de gentils caribous…Je viens seulement d’avoir Internet en fait… Ça fait tout de suite moins rêver hein?

Deux semaines que nous sommes arrivés, et je peux enfin vous en parler ! Nous sommes ENFIN chez nous. Mais cette première étape ne s’est pas faite sans mal. On a vécut une première semaine relativement épuisante, nous l’avons passée sur la route, dans les administrations et collés devant internet pour rechercher diverses infos, quand nous trouvions un réseau Wifi public. Nous n’avons pas pris le temps de nous reposer et nous adapter au décalage horaire et maintenant la fatigue retombe, on est donc un peu crevés aujourd’hui.

J’aimerai dans cet article, résumer un peu notre parcours lors de cette arrivée, comme ça ça donnera un aperçu pratique/matériel pour ceux que l’immigration au Québec intéressent, et aussi aux autres pour l’fun. J’espère que cet article vous intéressera, il sera peut-être un peu long, je m’en excuse d’avance…Mais je n’en peux plus d’attendre pour tout raconter !!

LE JOUR J

notreinsta1

 

Nous prenions un avion Corsair à Orly à 15h45, j’appréhendais beaucoup car Zéro faisait un kilo de « trop » avec sa box pour normalement voyager en cabine, et de plus je m’étais faite avoir une semaine plus tôt pour faire ses vaccins (obligatoires pour entrer au pays, zéro n’avait jamais eu les siens vu qu’il vit en appartement) : lors de l’administration de celui contre la rage, mon vétérinaire m’a informé que celui-ci avait 21 jours d’incubation avant d’être efficace et de ce fait mon chat pourrait être refoulé à la douane car ça ne ferait qu’une semaine qu’il était vacciné…Je n’étais pas au courant avant et de ce fait bien angoissée ! Mais c’est passé sans aucun problème de même que le poids. Néanmoins, il s’agissait peut-être d’un « coup de pot » alors si vous comptez voyager avec votre animal de compagnie faites bien attention à ce que son poids soit dans les normes (5 kilos pour la cie Corsair AVEC la cage) et que ses vaccins soient à jour au moins un mois avant pour être sûr ; il faut également qu’il ait un certificat de bonne santé délivré par le vétérinaire datant de 48h avant le départ, à présenter lors du contrôle et de l’enregistrement. Comme je le disais dans mon article précédent, il a voyagé sans aucun médicament et n’a pas du tout bronché ni même stressé (visiblement). Il était également a jeun, au cas où…Et il est surtout habitué à voyager en voiture/train depuis tout petit.

notreinsta2

 

Le vol a duré 7h, ce fût rapide : deux films, une sieste et hop nous étions à Montréal (pousser jusqu’à Québec directement en avion nous revenait trop cher).Nous sommes arrivés à 17h heure locale, et nous sommes sortis de l’aéroport trois heures après (avec une taxe d’entrée pour zéro de 35 dollars canadiens, je n’étais pas au courant) le temps de passer à la douane, au bureau d’immigration (n’oubliez pas votre passeport et votre visa travail/étude) et pour récupérer les bagages. En sortant (zéro ne bronchant toujours pas, c’est vraiment un truc de fou la patience qu’a ce chat) nous prenons un taxi direction l’hôtel. Un peu…Spécial ! Couloirs jonchés de seau dans lesquels gouttent de l’eau marron depuis le plafond, odeur de tabac froid…Et surtout désert. Mais bon la chambre était spacieuse (avec un évier bouché haha) et c’était amplement suffisant pour une nuit ! Nous avons tenus le coup jusqu’à 22h avant de nous endormir, pour ne pas souffrir du décalage horaire.

DEUXIÈME JOUR

Le lendemain, réveil à 8h, Solal étant parti cherché la voiture de location non loin de là, j’en ai profiter pour allumer la télé (je n’ai plus de télé depuis 2011) histoire de voir un peu si c’est la même  bouse chose qu’en France…Et c’est le cas, en plus américanisé lol. Zéro me rejoint et par la fenêtre nous voyons nos premiers écureuils, tranquillement en train de prendre un bain de terre, chasser les oiseaux alentours, jouer avec une pomme de pin… Typique !

notreinsta3notreinsta4

 

Ici comme vous le savez sûrement,  les écureuils sont loin d’être farouches, et sont parfois même agressifs d’après ce que j’ai entendu dire. Il n’est donc pas rare d’en croiser un au détour d’une rue qui ne s’enfuit pas spécialement lorsqu’on s’approche, un peu comme un pigeon en fait !

Solal revenu, nous partons pour Québec, ou plutôt Lévis, une petite ville en face dans laquelle nous avions loué un gîte pour une semaine, histoire de pouvoir chercher tranquillement un appartement où nous installer. Nous en avions pour trois heures de route.

En chemin, je découvre le concept du dépanneur (rien à voir avec les automobiles, il s’agit d’une épicerie ouverte à toute heure) du tutoiement, le véritable accent (que je comprends sans mal finalement !), les énoooormes camions sur la route, l’autoroute limitée à 100km/heure maxi, les voitures sales avec écrit par le doigt d’un petit rigolo sur le pare brise arrière « lave moé »  (comme quoi cette blague est universelle, ‘y’a que l’accent qui change !!), les immatriculations qui ne figurent qu’à l’arrière des voitures (chars) et avec la devise « je me souviens »…

En arrivant on est soufflés par la grandeur du fleuve Saint-Laurent, surpris par les agencement des feux rouges (appelés lumières ici) car ici on s’arrête à la ligne de feu et le feu lui,  se trouve tout à fait en face.

notreinsta5

 

Il y a aussi de surprenant la largeur imposante des routes qui sont toutes droites, l’absence des ronds-points et des priorités à droite… Bref le dépaysement total, c’est super ! Dans les rues, les maisons défilent, tout le monde est sur son balcon, beaucoup se balançant sur leur rocking chair… Parfois on croise une voiture de police qui fonce gyrophares allumés et avec une sirène comme dans les films américains…C’est l’fun dirons-nous ici.

Une fois arrivés, nous garons derrière ce que nous supposons être le gîte, il fait beau et chaud. N’étant pas sûrs du lieu exact, on décide de laisser les vitres ouvertes pour le chat et de sortir voir s’il y avait quelqu’un. A peine sortis, une voisine nous interpelle depuis sa porte : « Restez-vous longtemps ?? » oups : peut-être sommes nous garés sur sa place de parking… On répond que non, juste le temps de voir si les proprios sont arrivés, et là à notre grande surprise elle nous répond non pas de bouger car on est sur sa place, mais qu’elle peut nous garder zéro le temps qu’on parte vu qu’il fait chaud dans la voiture !! Bienvenue au Québec ;)

J’ajouterai à ça qu’ici on parle facilement avec tout le monde et quasiment tout le monde nous souhaite la bienvenue au pays, avec sincérité qui plus est. A propos de bienvenue, il est assez déroutant également d’entendre quelqu’un te répondre « bienvenue » quand tu lui dis merci. Influence Anglaise ! Saviez-vous aussi que les gens disent parfois « bonjour » en guise d’au-revoir ?

Mais bon revenons-en à nos moutons :  les propriétaires arrivèrent au bout de 2 minutes après notre arrivée, ils étaient tout à fait accueillants et sympathiques (mais normal pour des Québécois non ?) ils nous ont même amené le goûter et nous ont pressé de sortir Zéro de sa box. Le gîte était mignon et bien équipé, nous y  étions biens.

notreinsta6

La ville de Lévis l’est tout autant, c’est verduré avec de jolies petites maisons. Non loin de là, il y a une grande surface « METRO », nous y allions afin de prendre de quoi manger pour la semaine ; je suis agréablement surprise par leur choix de produits végétaliens, ici ça ne semble pas la croix et la bannière pour me nourrir, je suis plutôt contente. Il y aussi un petit rayons de produits bio garantis sans OGM et des produits que forcément, on ne trouve pas en France comme par exemple la litière pour chat jetable. Ici tu as souvent deux personnes à la caisse : une qui scanne et l’autre qui met en sac. Le bémol à propos des sacs c’est qu’ici tu en as sans t’en rendre compte pour un oui ou pour un non, pas le temps de refuser c’est tellement rapide ! D’ailleurs tout absolument tout même les légumes que tu peux prendre à l’unité sont emballés de plastiques… Moi qui était fière d’avoir banni cette matière de ma vie depuis un an, me revoilà plongé là dedans…Je suis allée dans trois magasins bio (épiceries santé ici) et aucun ne propose le vrac, et rares sont celles qui offrent des produits sous emballages papier/cartons. Pas question de venir avec ses propres sacs, ils ne veulent pas pour la tare, il paraît que leurs balances ne se règlent pas alors bon… Mais je vais continuer d’investiguer, voir de lutter !

TROISIÈME JOUR

C’est l’anniversaire de Solal, mais nous passerons la journée à visiter des condos (logements) dans le quartier Limoilou de Québec, car c’est là que son école se situe. Je découvre les logements typiques du Québec : maisons à trois voir 4 étages maximum avec un balcon par logement, traversé par un escalier qui monte jusqu’au dernier appart. (Ce qui fait que si tu vis au premier, second et troisième et que tu te pose pour l’apéro sur ton balcon il y a de forte chance pour que celui-ci soit traversé par ton voisin qui doit passer par là pour rentrer chez lui. Il y aussi un balcon par étage, à partager donc.)

Le premier condo que nous visitons à 10h est dans un « bloc » de deux étages, c’est le voisin (très sympa d’ailleurs) du premier qui nous fait la visite, le proprio ne pouvant se déplacer ; l’appart est assez ancien et on craint d’avance pour l’isolation l’hiver. Il demeure assez sombre malgré le magnifique soleil au dehors et la salle de bain est à refaire mais ça ne serait pas avant novembre. Quant au quartier il n’est pas trop mal mais je n’ai pas le « déclic ». On se dit qu’en dernier recours il pourrait quand même faire l’affaire, mais on ne se prononce pas et passons au suivant. Entre temps nous dînons (oui à midi) dans un restaurant vegan appelé Om Prana, c’était succuleeeennnnt !

notreinsta7

 

Vient alors l’heure de la visite du second flat : rien qu’en attendant la dame qui devait nous faire visiter, on sait qu’on ne le prendra pas. Le quartier ressemble à un coupe gorge insalubre…Une fois que nous sommes dans l’appart, on se retient pour ne pas laisser voir notre sentiment, mélange de dégoût face à la crasse, et d’envie de rire car on se demande bien comment des gens peuvent oser proposer « ça » comme logement…Il est vide depuis un an, mais ils ont pas eu le temps de faire le ménage les pauvres…

 

Nexxxt !

Troisième appart : nous sommes absolument enchantés du quartier : tant d’arbres, de jardins…Commodités pas trop loin et appart très spacieux et lumineux, habité par deux colocataires mexicaines qui déménagent à Montréal sous peu. Le bémol c’est l’agencement des pièces, et une d’entre elle est de trop et ne nous servirai probablement pas…Mais on aurait un balcon privé, et un autre derrière partagé mais il n’y actuellement pas de voisins. Nous sommes presque prêts à le prendre, mais nous en avons encore deux à visiter, on préfère attendre avant de nous lancer. Pour le quatrième, le propriétaire ne se présente juste pas malgré nos 15 coups de fils et une attente d’une demi-heure, donc comme ça c’est réglé…De toute façon le quartier et le bloc avaient l’air bruyants et pas très jolis.

Cinquième appartement c’est le bon ! accueillis par un couple d’une quarantaine d’années, très chaleureux avec leur petit chien qui nous apporte aussitôt sa balle et ne nous lâche plus ; ils souhaitent rendre ce logement car ils ont trouvé la maison de leurs rêves à l’île d’Orléans; l’appartement a une taille très correcte pour nous deux, il est lumineux, à l’air bien isolé et surtout il est peint tout en blanc et dispose de beaucoup de placards de rangements en bois clair : deux critères de choix pour moi qui ne supporte pas les choses qui traînent et les murs colorés. L’agencement est très bien, les pièces sont suffisamment grandes et la cuisine a une grande surface de travail ; petit plus, une petite véranda à l’arrière de celle-ci (mais les fenêtres sont scellées qu’elle dommage ! Mais à priori le proprio souhaitais changer cela dans l’année). Il y a aussi un balcon, mais bien que soyons au dernier étage, celui-ci est partagé car nous avons des voisins juste à côté, mais il parait que personne ne les voient jamais, qu’il s’agit aussi d’un jeune couple calme alors bon…Et puis ils ont plein de plantes de leur côté du balcon, c’est sympa et ça me rassure sur le fait que je pourrais moi aussi jardiner dehors hors hiver. Le quartier quant à lui est calme et à proximité de tout, et n’est franchement pas vilain de visu ; l’école de Solal est à 5 minutes à pied…Nous sommes d’un seul coup décidés après avoir échangé un moment avec les actuels locataires.

notreinsta10

Petit problème : nous devons nous-même nous rendre à l’agence de location immobilier du proprio (dont il est directeur) afin de signer, mais il demande un enquête de crédit ; hors, étant nouveaux arrivants et notre compte bancaire n’étant pas encore ouvert, c’est tout bonnement impossible. Cependant les locataires sont confiants et nous disent que ça ira bien quand même. Nous restons au moins une heure et demi avec eux à parler de choses et d’autres, à rire ensemble. Je crois que le courant passe vraiment bien !

 

QUATRIEME JOUR

Nous nous sommes rendus à la Banque afin de finaliser l’ouverture de notre compte québécois (nous avions demandé l’ouverture en ligne lorsque nous étions encore en France, il ne restait qu’à payer 5 dollars et signer quelques documents) ; le hic c’est que nous devions d’abord avoir un numéro de sécurité sociale d’ici pour pouvoir obtenir notre carte de retrait, et il aurait fallu aussi un téléphone pour qu’ils puissent nous joindre et ainsi nous prévenir quand notre carte serait arrivée… Ah, donc nous avons tout fait à l’envers en fait ? Nous décidons donc d’aller le jour même à l’agence Service Canada pour le numéro de sécu, et aussi de voir pour un téléphone dans la même journée. Si tout va bien nous pourrions revenir ensuite à la banque afin de fournir tout ça et obtenir notre carte en début de semaine prochaine. Mais avant ça, nous avions rendez-vous à l’agence immobilière pour signer le fameux bail pour l’appartement.

A notre arrivée, c’est une secrétaire qui nous accueille et apparemment c’est elle qui va s’occuper de tout ça. Elle grimace lorsqu’elle entend que nous sommes immigrés, et nous dis cash que c’est mort. Ils auraient « eu des problèmes avec d’autres immigrants » et décident juste de ne plus en accepter… Euh, ne serait-ce pas là ce qu’on appellerai de la discrimination ? Elle ajoute ensuite que comme nous n’avons pas de garant de nationalité Canadienne, c’est compliqué, et puis « vous comprenez on a rien pour prouver qu’on a de l’argent » puisqu’elle n’a « malheureusement pas le droit de consulter nos comptes bancaires français ». Et là on demande comment font les autres français fraîchement  débarqués pour avoir un logement (non mais sans déconner) et elle ne sait pas. Ah. Mais « il ne fallait pas s’en faire car elle avait une solution pouvant  arranger tout le monde ». Il fallait qu’on leur verse dès à présent trois mois de loyers en cash « pour êtres sûrs ». Illégal, d’après ce que je sais. On décide de réfléchir et de revenir plus tard dans la journée, car l’appart est super et on a pas super envie de chercher encore. En sortant on tombe alors sur Maryse (la locataire) qui a l’air contrariée et contente de nous trouver à la fois.

Elle nous informe qu’elle avait appelée l’agence juste avant qu’on ne s’y rende nous-mêmes pour faire « notre promotion » pour les rassurer. Mais ayant appris ce qu’ils comptaient faire, à savoir nous refuser ou nous réclamer trois mois de loyers cash, elle a téléphoné à la régie des logements et a convenu avec eux que si cela se passe comme ça, elle peut demander un courrier de la part de l’agence dans lequel ils mentionnent pourquoi nous ne sommes pas éligibles. Ainsi  la régie désapprouve et ils sont obligés de nous le louer, et si ça ne marche vraiment pas, elle garde son appartement et nous le sous-loue, puisque c’est légal ici. Comme ça nous ne sommes pas à la rue. Nous sommes assez impressionnés qu’elle se démène autant pour nous, et elle ne cesse de répéter qu’elle sent qu’elle peut nous faire confiance et qu’elle aime beaucoup les gens comme nous, calmes et sérieux. Ça peut évidemment paraître louche dit comme ça, mais en vrai nous sentons qu’elle est sincère et nous avons vraiment le sentiment de pouvoir lui faire confiance ; il y a des gens comme ça, que voulez-vous, on décide donc de prendre le risque. En attendant, elle doit faire un courrier à l’agence dans lequel elle déclare solennellement qu’elle nous cède son bail, comme ça après l’agence répond oui ou non (avec un courrier retour détaillant pourquoi afin qu’on le transmette à la régie). Elle propose de le faire devant nous, en prenant un café un peu plus loin.

On y prend un croissant (si si, en maudits français que nous sommes) et un délicieux thé aux canneberges, tout en papotant et faisant le courrier à trois. Après ça on reste encore à discuter, on a des points commun comme le yoga, le végétarisme, par exemple. Puis elle propose de finir la discussion chez elle (notre futur chez nous yéééh). Au final, pour la rassurer on lui verse un mois de loyer pour le mois d’août et aussi une caution, comme ça on peut emménager dès mardi.

Après tout ça la sécu étant fermée (16h), nous nous rabattons donc sur les opérateurs téléphone/internet, nous allons voir pour les téléphones.  Cependant, il nous est impossible de souscrire à une offre sans carte bancaire canadienne, donc on ne peux pas avoir de forfaits pour l’instant ! Comment faire ??  On a trouvé une solution de secours, c’est-à-dire que Solal a deux emplacements sim sur son téléphone qui lui est débloqué, on peut donc acheter une carte prépayée (mobicarte en France) en attendant pour avoir enfin un numéro canadien (pour deux) et ne plus êtres obligés d’aller acheter un crédit skype pour téléphoner dans le pays (sans compter qu’on devait se rendre dans les grandes surfaces pour internet, vraiment pas pratique). Hourra ! Bien qu’ici, les forfaits sont incroyablement chers comparés à ce dont on avait l’habitude.

Un peu fatigués de tout ça, on rentre au gîte. Il est temps de stimuler un peu le chat, et de prendre un goûter bien mérité, le fameux pain perdu végan d’AntigoneXXI et son caramel de dattes…On ne se refait pas ! (Et je n’ai toujours pas acheté de sirop d’érable)

notreinsta15

 

CINQUIÈME JOUR

Le lendemain, la sécu étant toujours fermée puisque nous étions dimanche (petite note à part : ici c’est incroyable le nombre de magasins ouverts le dimanche !!! Et les banques ferment parfois à 22h ! ), nous allons magasiner (magasiner = faire du shopping) ; dans ma volonté de vivre de façon écolo, je décide d’essayer d’acheter un maximum de récup, chez Emmaüs et Kijiji (ce dernier étant l’équivalent de leboncoin en France, c’est d’ailleurs avec ce site que nous avons trouvé des logements à visiter). Ce n’était pas chose aisée. L’Emmaüs ici coûte vraiment cher, et je n’ai pas trouvé la moitié des choses que j’avais prévu d’acheter. Mais bon, je suis quand même reparti avec quelques ustensiles de cuisine, des cintres, des serviettes de bain, un mixer et des couverts, le tout pour 55 dollars CA.

Avec kijiji, nous nous sommes équipés de cette table à manger et d’un bureau. La personne qui nous a vendu sa table nous a offert un grille pain (le seul objet qui me permettais de manger chaud en attendant d’avoir la cuisinière et qu’on décide de ne pas reprendre de micro onde car on pense que c’est mauvais pour la santé), celle qui nous a vendu le bureau nous on fait cadeau d’une lampe de bureau, d’une chaise roulante et de paterres porte-manteau. Maryse nous a légué un clic clac (sans le matelas mais on devrait en trouver un je pense), deux chaises et un peu de nourriture ; pour le reste, nous avons du arpenter les grosses entreprises…C’est dommage mais bon au moins on a acheté des produits fabriqués au Canada. Pour ce qui est du gros électroménager, nous avons trouvé un revendeur d’occasion qui nous livre un four et un fridge vendredi ; ici l’électroménager est un peu à l’image du pays : démesurément grand !

La seule erreur que nous ayons faite, est que dans notre élan de sympathie envers les Québécois et n’ayant fait que de bonnes affaires jusqu’alors, nous avons acheté un matelas à un des déménageurs de Maryse les yeux fermés… Le monsieur était très sympa, et il nous avait descendu le prix par téléphone à 200 au lieu de 280 (sachant qu’aucun matelas en magasin ne coutait moins de 450 dollars…) en disant qu’il s’agissait d’un matelas neuf de marque n’ayant servi qu’à peine un an… Quand nous sommes arrivés chez lui, le matelas était effectivement de marque, mais sous une housse. Il semblait nickel d’extérieur et son propriétaire (qui semblait nickel lui aussi) nous a dit qu’il l’avait bâché car il pleuvait dehors et que vu qu’on devait mettre le matelas sur le toit il valait mieux qu’il soit protégé… Eh bien mauvaise surprise en rentrant, il puuuuuuuuuuuuuuait la cigarette et aussi une odeur de… Renfermé. On a pas osé le rappeler… En attendant j’ai réussi à atténuer un peu les odeurs en l’ayant copieusement saupoudré de bicarbonate des deux côté et aspergé d’huiles essentielles de citron, cannelle et tea tree… Et on a enfumé d’encens la chambre durant deux jours, maintenant c’est ok !

On a dû quand même à mon grand regret passer une commande ikea pour obtenir certaines choses moins chères que dans les magasins locaux car sinon le budget ne suivait pas. Dans cette commande il y avait notamment des draps, on les recevaient que dans deux jours et en attendant, on a dormis comme ça :

notreinsta18

C’est l’aventure je sais.

Mais maintenant, c’est comme ça :

notreinsta19

 

Nous avons terminé la journée, un peu las de toutes ces formalités, en s’octroyant (tant que nous disposons encore de la voiture) une promenade aux chutes de la chaudière, à 15 minutes de Lévis. C’est très impressionnant (surtout le pont qui bouge lorsqu’on le franchit, brrr !) et très sympa, malgré le fait qu’une fois encore, c’est encore trop près de la civilisation.

notreinsta20notreinsta21notreinsta22

 

LE SIXIÈME JOUR

Nous avons enfin les clés de l’appartement ! Pour l’instant on a pas encore de nouvelles de la régie et du propriétaire, mais Maryse nous le sous-loue comme convenu de toute façon. On est comme des gamins la veille de Noël…

Nous sommes aussi  allés à la sécu , on a enfin nos numéros ! Reste à voir quelle assurance prendre maintenant… Nous avons aussi notre carte bancaire. Maintenant il me reste à savoir comment transférer mes fonds français : en effet, avant de partir je m’étais renseignée auprès de ma banque de comment m’y prendre, ils m’avaient dit qu’il suffisait d’aller chercher auprès d’un bureau un formulaire de virement international, de le remplir soigneusement et de l’envoyer quelques jours après, que ça se ferait assez vite… Sauf qu’une fois partis, j’ai demandé à ma maman d’aller le porter pour moi et en fait… Il s’agissait du mauvais formulaire… Depuis nous luttons pour avoir le bon ou une autre façon de faire plus rapide, mais c’est silence radio de la part de ma banque, si ce n’est qu’un conseiller nous a suggérer de faire un courrier pour demander qu’on m’envoie le bon formulaire par voie postale, que je devrais renvoyer par la suite…C’est donc ce que j’ai fais il y a une semaine…Bref vous l’aurez compris, j’aurais mes fonds dans trois mois quoi !… Affaire à suivre…

Nous sommes à peu près installés, il ne nous manque qu’un matelas pour le canapé et quelques plantes pour ma survie (je déteste vivre en ville, quelqu’elle soit, mais c’est l’étape obligée pour le moment)

Voilà pour la première grande étape de notre arrivée… En espérant que ça en aide certains, n’hésitez pas à m’envoyer un message pour plus de précision ! Ou juste pour me faire coucou, ça fait toujours plaisir et il n’y a pas besoin d’avoir de blog ou de compte wordpress pour ça ;)

Publicités

13 réflexions au sujet de « Notre installation à Québec… »

  1. Coucou Fanny, je suis contente de te lire et d’apprendre que tout va bien pour vous malgré quelques aléas. Zero assure dis donc, il s’adapte super bien. La mienne ne fonctionne pas du tout comme ça ! ;-) C’est chouette l’appart et le quartier que vous avez trouvé ! Vous allez y être bien. Tu vas faire quoi toi pendant que Solal étudie ? Pfff tout est donc emballé même les légumes et pas de vrac ! Mouais j’espère que tu vas trouver d’autres magasins. Je ne m’attarde pas mais je voulais te faire un coucou et te dire que je pense à toi. A bientôt,

    Aimé par 1 personne

    1. coucou Béa ! oui tout va bien =) Moi je vais commencer dès demain à chercher une jobine, histoire de m’imprégner du pays, comprendre le fonctionnement tout ça…Et surtout vite m’inscrire au yoga, j’en trépigne d’avance ! J’ai reçu un nouveau tapis ce matin XD pour les magasins bio qui font du vrac je dois rouler trois heures malheureusement… Mais bon je suis sure que je vais trouver une solution, rien qu’en prenant un panier bio l’année prochaine ça sera ça de moins ! Je t’embrasse à bientôt !

      J'aime

  2. wouhaaa !!! je t’envie !! (par pour les désagréments haing !!!) :D
    j’ai hâte de lire la suite !!
    pas encore essayé le pain perdu d’Ophélie, mais la sauce caramel si !!!
    des gros bisous à vous, là bas!!! :* :*

    Aimé par 1 personne

  3. Coucou Fanny, j’adore ta façon de raconter tout ça ! Pour masquer les mauvaises odeurs, l’huile essentielle de menthe poivrée est la plus efficace. Et aussi pour le yoga, maintenant que tu as internet, si tu veux pratiquer toute seule tranquille à la maison tu peux aller sur ce site http://freeyogatv.com (in english, sorry !). Mais c’est mieux de prendre quelque cours en live d’abord de toutes façons.
    Bises

    J'aime

    1. Coucou Corinne, merci c’est gentil :D et merci pour le lien je vias y jeter un oeil! Il y a donc effectivement un gros centre de yoga à 5min à pied de la maison et parmi tous les styles qu’ils proposent il y a une sorte de yoga de voltige aérienne ça a l’air trop cool j’ai envie d’essayer :D
      bisouuus

      J'aime

  4. Salut PETITE soeur. Visiblement tout va bien. Par contre la voisine du deuxième jour, vous lui avez confié Zéro du coup? Vous lui aviez dit de faire attention qu’il ne barre pas? 😁
    Bon et sinon cette première journée de boulot ça donne quoi ?
    Profitez bien en tous cas.
    PS: Le four a micro onde n’a rien de dangereux pour la santé, en revanche le téléphone portable et le wifi ça se discute… 😉
    Have fun !
    Xav

    J'aime

    1. Salut frangin ! Non on ne lui a pas confié, on a vu que quand on le confiait aux gens ça ne marchait pas VISIBLEMENT ! hahahaa. Sinon quel boulot ? J’ai eu un entretien hier sinon, il m’a demandé quand je pouvais commencer (caissière quincaillerie) donc à voir. Sinon c’est clair que le téléphone et la wifi c’est carrèment mauvais, mais là je me vois mal élever un pigeon voyageur ! XD pour le micro ondes, ils ne savent pas réellement, donc dans le doute…Pis ça nous manque pas pour le moment.
      A bientôt ! (cet hiver ?? :p lol)

      J'aime

Petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s