Un an, ça passe vite. Blablatage !

Je suis de retour !

J’avoue que ces derniers mois le désir d’écrire dans ce blog ne faisait guère le poids contre…La flemme. Désolée !

En fait le 28 juillet dernier, nous fêtions notre premier anniversaire à et au Québec (en fait on a rien fait du tout au sens propre du terme haha, mais on s’en ai souvenu, c’est déjà bien non ?).

 

giphy

Que dire ? 

Globalement, nous sommes toujours très satisfaits de notre vie ici, et on se sent loin et du coup, un peu moins touchés peut-être, par les problèmes que traverse l’Europe en ce moment. Pour l’instant on ne compte pas re-déménager en France en tout cas. Nous y retournons néanmoins pour quelques semaines après Noël, et j’ai hâte de revoir ma famille, mes ami(e)s, la Bretagne et les châteaux forts !

Je travaille toujours en tant que cuisinière dans le même restaurant végan de cuisine crudivore, je compte chercher autre chose à mon retour en France et j’hésite aussi à reprendre une formation, en graphisme cette fois. Mon amoureux a eu sa rentrée cette semaine et évidemment ça lui plaît toujours.

Depuis la fin du mois de mai, notre région subit une canicule assez continue, et j’avoue très franchement avoir hâte d’être à l’automne, voir l’hiver. Je supporte mal la chaleur et nous avons souvent un ressenti de température proche des 40! Bien que l’été a aussi ses bons côtés, évidemment, j’aimerai simplement avoir beaucoup moins chaud (désolée pour tous les lecteurs et lectrices français(e)s qui me lisent et se plaignent du temps automnale qu’ils subissent depuis des mois!). Néanmoins, cette période de l’année est très riche culturellement dans ma ville: entre les spectacles gratuits un peu partout, les feux d’artifices à toutes les fins de semaine, l’auto-cueillette de fraises, framboises et bleuets, le camping ainsi  que les promenades dans les parcs nationaux, il y a de quoi faire ! C’est vraiment génial ! Je pense qu’on a rien à envier à Montréal (bon sauf pour les restaurants vegan), et j’ai parfois du mal à comprendre pourquoi de nombreux immigrés vont automatiquement là-bas sans se poser la question ?

giphy (4)

 

 

Je suis également impatiente de déménager, car notre appartement a beau être mignonné, le bloc dans lequel il se situe (ainsi que la rue d’ailleurs) est mal insonorisé, donc bruyant. Étant une  et une personne qui a besoin de calme j’ai le sentiment parfois de dormir ou demeurer au beau milieu d’un party. J’aspire à avoir un nouveau logement doté d’un balcon privé, et si il est permis de rêver, d’une petite cour (privée elle aussi) dans laquelle je pourrai faire pousser des plantes, ce serait formidable! L’ennui, c’est que même si les offres de locations sont nombreuses, la loi nous oblige à honorer notre contrat de location jusqu’au bout. C’est à dire que nous avons signé notre bail le 1er juillet dernier, et nous devons par conséquent rester jusqu’en juin 2017. Bien-sûr, nous pourrions essayer de sous-louer (ce qui est légal ici) mais ça comporte un trop grand risque à nos yeux. Il y a aussi l’option de céder le bail, mais ça demande pas mal de temps et d’énergie, ainsi que des démarches entre l’intéressé(e) et le propriétaire qui demande une enquête de crédit et des frais pour ça. Cela nous refroidi un peu… Donc c’est sûr, c’est un aspect négatif que l’on pourrait mentionner, cette histoire de bail d’un an obligatoire, mais comme vous le voyez il y a quand même des solutions. C’est simplement que nous préférons attendre que de nous lancer dans des démarches pour le moment.

En attendant pour pallier à mon manque de verdure, je me inscrite dans une association à but non lucratif qui pratique le jardinage urbain; ainsi elle dispose d’un emplacement pour cultiver des légumes sur le toit d’un immeuble, mais aussi d’une parcelle dans un jardin ouvrier. Grâce à elle j’apprends les techniques rudimentaires pour récolter les plantes (je suis arrivée trop tard dans la saison pour les semences), et autres astuces pour leur croissance. C’est donc très intéressant et la gang est très sympathique ! De plus on se partage les récoltes et les denrées sont bien meilleures gustativement parlant que celles du commerce. Le problème c’est que ça me prend 7 heures de mon temps chaque semaine, et le fait que ce soit présence obligatoire me démotive. Il y a des jours où j’aimerai juste rester chez moi pour vaquer à d’autre obligations… Du coup je ne sais pas si je vais rester. Je suis un peu tiraillée pour tout vous avouer. D’autant plus qu’il y a d’autres activités bénévoles qui m’attirent, je ne peux assurément tout faire !

giphy (2)

Je n’ai toujours pas d’assurance santé; mon conjoint a celle dont bénéficient les québécois grâce à son statut d’étudiant. J’étais certaine de l’avoir aussi, mais n’étant pas sous sa couverture lorsque nous vivions en France je n’ai pas été éligible (trop long à expliquer) et je suis tombée de haut! Si j’avais su à l’avance j’aurai fais les choses bien,  j’aurai demandé un formulaire à la sécurité sociale en France qui m’aurait permis d’être couverte de la même façon à l’étranger. Mais voilà, j’ai eue cette information trois mois après mon arrivée, et passé ce délai j’étais déjà radiée de la sécu en France… J’ai du prendre une assurance pour les voyageurs étrangers qui couvre les urgences uniquement, mais je ne peux évidemment pas en bénéficier si jamais par exemple, je tombe malade et que je dois voir un médecin, faire des analyses etc… Donc de ce côté là, je suis un peu dans la panade. J’ai été malade il y quatre mois, j’ai du donc aller voir un médecin sans rendez-vous (pour info, ici pour avoir un médecin de famille il faut parfois attendre cinq ans voir plus) dont la consultation est remboursée quand on a sa carte d’assurance maladie, mais comme je ne l’aie pas donc, j’ai payée 150 dollars. Ce médecin a décrété que mon état requierait les urgences, j’ai été envoyée là-bas, y ai passé dix huits heures sur une civière en blouse de patient…Pour qu’on me renvoie finalement chez moi avec une note de  plus de mille dollars non remboursables, la compagnie d’assurance ayant décrétée que mon cas n’était pas une urgence. Voilà. Ceci est LE point négatif non négligeable de ma vie ici; mais voilà, ça n’a rien à voir avec le pays en fin de compte, c’est plutôt de ma faute, je m’étais pas assez organisée. Tant pis pour moi!

giphy (3)

 

Mais sinon, on aime les paysages montagneux, les énormes forêts, la gentillesse des gens d’ici, le sirop d’érable (il fallait bien un cliché)  la vie culturelle et associative de Québec, la ville en elle-même qui est vraiment jolie, les vraies saisons même si elles sont extrêmes parfois… Ca nous empêche pas de vivre !

Vous voilà rassurés ? En attendant on se tient prêts pour d’autres aventures !

Adventure-Time-Flying-Sky-Wallpaper-HD

 

 

 

credits photos : http://www.pixelstalk.net/adventure-time-wallpaper-hd/

gif via GIPHY

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Petits mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s